Six menaces pour l’investissement durable en 2023

De l’euphorie à la critique. C’est la trajectoire parabolique de l’investissement durable ces dernières années.

Désormais, les investisseurs se demandent quelles sont les principales menaces pour l’ESG en 2023.

« L’investissement durable et la prise en compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance sont devenus partie intégrante du courant dominant d’investissement au cours des dernières années. La croissance rapide a été stimulée par la nécessité pour les investisseurs de tenir compte des risques non financiers posés par des problèmes allant du changement climatique à l’épuisement des ressources naturelles, au traitement des travailleurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement, à l’éthique d’entreprise et à l’inégalité des richesses », note Jon Hale, directeur de la recherche sur le développement durable pour les Amériques chez Morningstar Sustainalytics.

« Nous vivons à une époque de transparence et les parties prenantes exigent une meilleure responsabilité des entreprises sur ce type de problèmes. De plus en plus d’investisseurs finaux veulent que leurs investissements fassent la différence ».

L’investissement durable est désormais le courant dominant, mais il a été attaqué en 2022.

Les experts de Morningstar ont identifié six principales menaces pour l’ESG en 2023.

– Les forces anti-ESG

– Prendre du recul sur le climat

– Greenwashing

– Le déclassement des fonds « vert foncé » sous EU SFDR

– Le manque de standardisation des informations ESG clés

– Sous-performance boursière

1. Les forces anti-ESG

Aux États-Unis, l’investissement durable a déclenché un ouragan de critiques, avec des accusations allant de la tromperie et de l’inefficacité à un programme secret visant à imposer des valeurs «réveillées» au capitalisme et à la société.

“ESG pourrait faire face à de nouveaux défis aux États-Unis à partir du 3 janvier, lorsque le Parti républicain prendra le contrôle du Congrès américain. Cela pourrait entraîner des audiences ou d’autres tentatives de discréditer l’ESG, y compris, par exemple, une proposition de loi, présentée au Sénat, pour protéger les agriculteurs des prochaines règles de divulgation climatique de la SEC », déclare Leslie Norton, directrice éditoriale pour la durabilité chez Morningstar.

« L’ESG a été dans le collimateur du Parti républicain toute l’année, les critiques les plus bruyantes comprenant certains candidats à la présidence, dont le gouverneur de Floride, Ron DeSantis. La Floride a récemment déclaré qu’elle retirerait 2 milliards de dollars d’actifs gérés par BlackRock (BLK), qu’elle accuse d’avoir d’autres objectifs que la recherche de rendements. BlackRock, à son tour, a condamné ‘des initiatives politiques comme celle-ci qui sacrifient l’accès à des investissements de haute qualité et compromettent ainsi les rendements, ce qui finira par nuire aux citoyens de la Floride’. D’autres États contrôlés par les républicains ont déjà retiré de l’argent à BlackRock, » ajoute Norton.

« Mon point de vue personnel est qu’il y aura beaucoup de bruit, très peu d’action », estime David Sand, stratège en chef de l’impact chez Community Capital Management.

« Je ne peux pas imaginer une ingérence législative dans les décisions de gestion de portefeuille. »

« En effet, nous dirions que l’ESG et l’investissement durable ne vont nulle part, car ils offrent une vision plus complète des risques et des opportunités. Il suffit de regarder de l’autre côté de l’Atlantique, où l’investissement durable est solidement ancré », ajoute Norton.

Adam Fleck, directeur de la recherche sur les actions ESG chez Morningstar, pense que l’examen et la discussion sont nécessaires et positifs pour stimuler la maturation et la croissance de l’industrie, mais estime que « la prise en compte des risques et opportunités ESG financièrement importants est un élément essentiel de la valorisation les actions d’une entreprise. »

« C’est vrai, quelle que soit la direction dans laquelle soufflent les vents du sentiment politique ou de la performance du marché. Mais surtout, cette intégration ESG diffère d’une prise en compte de l’impact ESG, dans laquelle différents investisseurs exprimeront leurs préférences variées à travers des choix personnels dans leurs portefeuilles ».

« Confondre les deux – risque et impact – peut être malhonnête et dangereux. Les investisseurs qui pensent que l’utilisation de l’intégration des risques ESG devrait avoir un impact sociétal positif seront forcément déçus, tandis que les critiques qui invoquent des préférences différentes parmi les résultats d’impact comme excuse pour ignorer l’intégration des risques ESG le font à leurs risques et périls. »

2. Prendre du recul sur le climat

Cette année, la COP27, le sommet de l’ONU sur le climat à Charm-el-Cheikh, a déçu les partisans de l’ESG. À l’exception de l’engagement d’un nouveau fonds pour aider les pays pauvres à faire face aux dommages liés au climat, il n’y avait pas d’engagement sur un objectif ambitieux tel que l’élimination progressive de tous les combustibles fossiles et le pic des émissions mondiales d’ici 2025.

De plus, il semble que dans le secteur de la gestion d’actifs, quelque chose grince dans l’engagement à lutter contre le changement climatique et l’adoption de pratiques durables, conséquence (également) de la guerre en Ukraine et des tentatives de politisation des questions ESG.

Ces derniers mois, la crise énergétique a accru la demande de combustibles fossiles et certains pays ont réagi en augmentant l’utilisation du pétrole, du gaz et du charbon.

La priorité de nombreux gouvernements est devenue celle de la sécurité énergétique.

Que se passera-t-il lors de la COP28 qui se déroulera dans le pétrostate des Emirats Arabes Unis en 2023 ?

Les lobbies des énergies fossiles feront-ils entendre leur voix ?

Les experts ont déclaré que davantage de progrès sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de 2012, mais après la COP26, les actions visant à réduire rapidement les impacts du changement climatique sont au point mort.

« En ce qui concerne l’avenir de l’énergie, nous devons émettre beaucoup moins de carbone qu’aujourd’hui. Pour que cela se produise, les investissements dans des sources de carburants plus propres devront augmenter considérablement au cours des prochaines années, car dans l’état actuel des choses, nous n’entamons tout simplement pas la trajectoire des émissions de carbone, qui poursuit sa tendance à la hausse presque sans relâche », note Michael Field, Stratège marché européen chez Morningstar.

3. L’écoblanchiment

Lorsque les autorités allemandes ont perquisitionné Deutsche Bank et son gestionnaire d’actifs DWS en mai 2022, l’écoblanchiment est rapidement passé d’une simple mauvaise pratique marketing à un risque juridique massif.

De nombreuses critiques ont surgi autour de l’écoblanchiment, où les gestionnaires de fonds (et les entreprises) sont accusés d’induire les clients en erreur en exagérant les attributs de durabilité de leurs produits.

Les régulateurs de nombreux pays tentent de résoudre ce problème et quelque chose pourrait changer en 2023.

En Europe, l’Autorité européenne des marchés financiers prévoit d’introduire des seuils pour l’utilisation de termes environnementaux, sociaux, de gouvernance et de durabilité dans les noms de produits.

La Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a publié un document de consultation sur les exigences de divulgation en matière de durabilité qui repose sur trois labels (Sustainable Focus, Sustainable Improvers, Sustainable Impact), des informations sur la durabilité pour tous les produits et gestionnaires d’actifs et des dispositions anti-blanchiment.

En Allemagne, le régulateur s’est engagé à intensifier son contrôle des fonds environnementaux, sociaux et de gouvernance après les allégations contre Deutsche Bank.

« Naviguer sur le marché des fonds ESG et durables restera un défi en 2023 alors que les accusations de greenwashing s’intensifient. Les régulateurs sont déterminés à réprimer les allégations ESG trompeuses afin de protéger les investisseurs finaux. Cela est bien sûr nécessaire pour restaurer la confiance car il y a beaucoup de cynisme en ce moment à propos des produits ESG », déclare Hortense Bioy, Global Head of Sustainability Research chez Morningstar.

4. Le déclassement des fonds « vert foncé »

Depuis l’entrée en vigueur du règlement de l’Union européenne sur la divulgation des informations financières durables (SFDR) en mars 2021, les gestionnaires d’actifs sont tenus d’autoclasser les fonds vendus dans l’UE en vertu de l’article 6, 8 ou 9, en fonction de leurs objectifs de durabilité.

Ces derniers mois, les gérants se sont affairés à préparer la mise en œuvre des normes techniques réglementaires qui entreront en vigueur en janvier 2023.

Ces normes obligent les gérants à divulguer plus d’informations sur l’approche ESG de leurs fonds, les risques de durabilité et l’impact dans les documents précontractuels et les rapports périodiques.

En prévision de ce régime de divulgation amélioré, certains gestionnaires ont revu la classification de leurs fonds et déclassé les produits de l’article 9 vers l’article 8.

En 2023, d’autres fonds durables pourraient être déclassés, en raison de règles plus strictes.

« Les exigences de divulgation de niveau 2 du SFDR devraient aider les investisseurs à obtenir plus de clarté sur les stratégies ESG disponibles. Les gestionnaires d’actifs, cependant, continueront d’opérer dans un environnement réglementaire incertain et en évolution rapide », déclare Bioy.

« La fin de 2022 a vu une vague de fonds rétrograder leur classification SFDR de l’article 9 à l’article 8. Cela se poursuivra au cours de la nouvelle année jusqu’à ce que la Commission européenne clarifie la définition d’un investissement durable. Des clarifications seront également nécessaires sur les méthodologies utilisées pour le calcul de l’exposition d’un portefeuille aux investissements durables. Les nombreuses interprétations différentes du SFDR rendent la comparaison des produits impossible en ce qui concerne leur proportion d’investissements durables. »

5. Le manque de standardisation des informations ESG clés

Établir une base commune pour la divulgation ESG reste un défi en 2023 et au-delà.

« En ce qui concerne la divulgation des produits ESG, le régime le plus avancé reste le régime de divulgation de la finance durable de l’UE, ou SFDR, un élément clé du plan d’action plus large de l’UE. C’est simple pour les produits domiciliés ou investis en Europe, mais ceux en dehors de l’UE ne sont pas liés par les mêmes restrictions, ce qui rend la comparaison directe presque impossible. Ces difficultés sont susceptibles de s’aggraver à mesure que de plus en plus de pays développent leurs propres taxonomies et cadres de classification, chacun avec un ensemble unique d’exigences et de délais », note Andy Pettit, directeur de la recherche sur les politiques chez Morningstar EMEA.

« Les informations sur les produits d’investissement variaient considérablement d’un marché à l’autre bien avant l’intégration des enjeux ESG, mais elles bénéficiaient cependant d’un mode de calcul standardisé des points d’information clés. Des éléments tels que les performances passées et les ratios de dépenses sont restés cohérents, ce qui est inestimable pour une compréhension commune et une comparabilité. »

« Si ce même accord international était appliqué aux indicateurs clés de durabilité et à leur calcul, peu importe le type de document utilisé pour présenter ces informations aux investisseurs – une divulgation de type SFDR, une divulgation conviviale pour les consommateurs britanniques ou toute autre. »

Sous-performance

La performance des fonds ESG pourrait continuer à être mise à l’épreuve par l’environnement macroéconomique et la crise énergétique actuelle.

CHART

« En 2022, la performance des fonds ESG a souffert des prix élevés des combustibles fossiles, car les fonds ESG ont tendance à être sous-pondérés dans les sociétés énergétiques traditionnelles, alors qu’ils surpondèrent le secteur technologique », explique Bioy.

« Il faut constamment rappeler aux investisseurs que tous les investissements peuvent traverser des périodes de sous-performance. Les stratégies ESG et durables ne sont pas différentes. Mais les investisseurs doivent se concentrer sur le long terme. La durabilité concerne le long terme. »

 

© Morningstar, 2022 – L’information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d’information UNIQUEMENT. Il n’a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l’opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L’information de ce document ne devrait pas être l’unique source conduisant à prendre une décision d’investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d’investissement. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *